Erick Ifergan est né au Maroc en 1958.

Dès 15 ans, il décide d’arrêter l’école pour entamer une carrière de photographe qui devait le conduire à une carrière de cinéaste. Il poursuivra pourtant ses études en parallèle jusqu’en Licence de lettres modernes avant de se donner pleinement à sa passion.

Très vite il part aux Etats-Unis.

De 1979 à 1981, il suit des cours à l’University of California Los Angeles (UCLA -Californie) où il validera un diplôme photo et cinéma.

A 30 ans, Erick Ifergan est le réalisateur de clips le plus demandé en France. Il est nommé 3 fois aux Victoires de la musique et reçoit le prix de la meilleure vidéo musicale française pour le clip de Alain Souchon Quand j’serai K.O.

Pour la même vidéo il reçoit le Lion d’or au festival international du film publicitaire de Cannes.Ce qui lui vaut d’être remarqué par la production anglo-américaine Limelight qui lui propose de le représenter aux U.S.A. et en Angleterre.

S’en suivra une carrière américaine et internationale. D’abord avec des vidéos clips pour les plus grands artistes français comme, entre autres, J.J. Goldman, Alain Souchon, Julien Clerc, Patricia Kaas, puis pour des stars internationales telles que Rod Stewart, Isaac Hayes et bien d’autres.

A 35 ans, Erick Ifergan crée sa propre maison de production :

Serial dreamer et établit sa résidence principale à Los Angeles où il réalise des campagnes publicitaires pour des clients comme Apple, Sony, Dior, IBM et Audi pour ne citer qu’eux.

Sa signature est une garantie artistique pour laquelle il s’est toujours battu. Ses films affectent l’inconscient collectif, comme des poèmes cinématographiques. Ses images touchent le plus grand public car elles sont chargées d’émotion et de surréalisme.

En temps qu’artiste ce qui l’intéresse est de travailler sur la dimension mentale et l’invisible des choses. Il donne à ses personnages une profondeur qui fait voyager au cœur de l’âme humaine, tout en gardant des racines profondes dans la réalité.

En 2006, il décide de se lancer dans la production et la réalisation d’un film indépendant. Johnny316 est filmé sur Hollywood boulevard. Inspirée par la pièce d’Oscar Wilde, Salomé, cette histoire d’amour tragique et moderne constitue la première pièce d’une trilogie mythologique qu’il développe actuellement avec son acteur fétiche Vincent Gallo. Le prochain film tiré d’une série de photos du même nom, aura pour titre American Nights.

Il continue à réaliser des spots publicitaires pour la France à travers Bandits productions à Paris. Pour les U.S.A. et l’Angleterre à travers sa société Serial Dreamer basée à Los Angeles. Il est également représenté en Italie, en Allemagne, au Canada et en Asie.

En 2009, il se décide enfin à présenter son travail photographique au public. D’abord aux Etats-Unis puis à Paris et à Moscou dans le cadre de la biennale de photographie de Moscou. L’accueil est enthousiaste et un projet de livre est en cours de réalisation.

En 2011, il s’installe épisodiquement dans le sud de la France. Il aménage des ateliers à Grasse et à Vallauris où il va se consacrer à la céramique. Il continue à travailler le dessin dont les céramiques sont la représentation en volume.

En 2012, il participe à Art Basel Miami, représenté par la galerie LULU installée en Californie.Le musée d’Histoire et de Céramique Biotoises découvre son travail à Vallauris lors d’une exposition de groupe et lui propose une exposition monographique pour l’été 2013.